Ces deux créations sont présentées sur les premiers bracelets Seiko en tissu conçus pour la mer.

Depuis le lancement de la première montre de plongée Seiko en 1965, la manufacture n'a cessé de repousser les limites de ce que les montres de plongée peuvent offrir.
Aujourd'hui, Seiko agrémente sa collection Prospex de deux réinterprétations modernes de garde-temps emblématiques de 1965 et 1970. Celles-ci sont montées sur des bracelets en tissu spécifiques, expressément conçus et fabriqués pour la manufacture pour l’usage de la plongée.
Ces deux montres symbolisent l'équilibre parfait entre design et fonction et incarnent l'esprit d'innovation qui fait la renommée des montres de plongée Seiko.

Seichu. Une technique de tressage traditionnelle du Japon.

La tresse Seichu offre à la fois résistance et confort.

Les brins en tissu s’imprègnent d’une technique de tressage traditionnelle du Japon appelée Seichu. Leur texture riche et leur teinte sont courantes dans la culture japonaise pour leur utilisation dans les tissus, comme on le voit dans un "obijime" traditionnel, le cordon décoratif qui maintient la ceinture d'un kimono à sa place.
Ces bracelets présentent une esthétique et une texture typiquement japonaises et sont spécialement fabriquées pour avoir une résistance à la traction près de quatre fois supérieure à celle des bracelets en tissu Seiko ordinaires*. Leur solidité et leur résistance à la dégradation causée par l'exposition au soleil répondent aux normes exigeantes des montres de plongée Seiko et sont parfaites pour une utilisation sous l'eau. De plus, grâce à leur motif de tressage unique, les bracelets disposent de la souplesse et de la perméabilité à l'air qui assurent un confort maximal au poignet.
*basé sur les recherches menées par Seiko.

Les bracelets portent le même logo que les montres, signe de leur durabilité.

Les Diver’s de 1965 et 1970 réinterprétées dans un style contemporain.

Les couleurs du cadran et du bracelet renforcent l'aspect moderne de ces deux réinterprétations.

Les deux créations partagent le même design et les mêmes caractéristiques que les réinterprétations modernes présentées l'année dernière pour célébrer le 55ème anniversaire de la première montre de plongée Seiko. Le cadran et la lunette marron de la réinterprétation de 1965 et le cadran gris texturé de la réinterprétation de 1970 s'harmonisent parfaitement avec les tonalités telluriques de leurs bracelets en tissu. Les deux créations sont proposées avec un bracelet en tissu supplémentaire d'une couleur différente, facilement interchangeable sans outil, de par leur conception.

Une allure vintage mais des caractéristiques contemporaines.

Les montres sont animées par le calibre 6R35, éprouvé et fiable, qui offre une réserve de marche de 70 heures et une étanchéité à 200 mètres. Le verre saphir est bombé et traité avec un revêtement antireflet sur la surface intérieure.

Les index, les aiguilles des heures, des minutes et des secondes sont revêtus de Lumibrite d'une couleur vintage spécialement délavée, assortie aux teintes terreuses du cadran et des bracelets.

À propos des montres de plongée originales de 1965 et 1970 :

The 1965 Diver’s Watch

Connue des fans sous le nom de 62MAS, la montre de plongée de 1965 intégrait un calibre mécanique automatique et offrait une résistance à l'eau de 150 mètres. La montre a été conçue pour une fiabilité et une lisibilité maximales dans les conditions les plus difficiles. Elle a prouvé son endurance lors de son utilisation en Antarctique dans les années 1960 et a ouvert la voie au développement de futures montres emblématiques.

The 1970 Diver’s Watch

Cinq ans après l'introduction de la première montre de plongée Seiko du Japon, en 1965, Seiko a présenté la montre de plongée de 1970 dont l'extension asymétrique protégeait la couronne à la position quatre heures. Sa construction solide, ses aiguilles et index luminescents, ainsi que son étanchéité à 150 mètres, étaient parfaites pour ceux qui avaient besoin d'un garde-temps d'une résistance et d'une visibilité exceptionnelles. La montre a prouvé sa fiabilité dans des conditions extrêmes résistance et de lisibilité. Sa fiabilité a été éprouvée dans les conditions les plus extrêmes au poignet de l'aventurier japonais Naomi Uemura, de 1974 à 1976, pendant son voyage de 12 500 km en solitaire, accompagné par des chiens de traîneau, du Groenland à l’Alaska.

SPB239

SPB237

Seiko Prospex Diver’s re-interprétation moderne de 1965 : SPB239
Seiko Prospex Diver’s re-interprétation moderne de 1970 : SPB237

Calibre 6R35
Mouvement : automatique avec armage manuel
Fréquence : 21 600 alternances par heure (6 par seconde)
Réserve de marche : 70 heures
Nombre de rubis : 24

Caractéristiques
Boîtier en acier inoxydable avec revêtement anti-éraflure
Verre saphir bombé avec traitement antireflet
Fond du boîtier vissé. Couronne vissée
Étanchéité : Montre de plongée étanche à 200 m
Résistance magnétique : 4 800 A/m
Lumibrite sur les aiguilles et les index
Diamètre : 40,5 mm, épaisseur : 13,2 mm (SPB239)
Diamètre : 42,7 mm, épaisseur : 13,2 mm (SPB237)
Bracelet en polyester avec second bracelet d’un autre coloris inclus

Prix de vente conseillés en Europe : 1 250 € (SPB239) et 1350 € (SSPB237)

Partager
  • Facebook
  • Twitter